Broos et Logarusić, deux entraîneurs pour un derby et un objectif

2 sept. 2021
  • Le Groupe G est composé de l’Afrique du Sud, du Zimbabwe, du Ghana et de l’Éthiopie.

  • Derby à Harare entre le Zimbabwe et l’Afrique du Sud.

  • Les sélectionneurs des deux équipes évoquent cette confrontation.

L’Afrique du Sud a participé à trois Coupes du Monde de la FIFA™ : France 1998, Corée/Japon 2002 et l’édition 2010, dont elle était l’organisatrice. Puis elle a manqué les deux dernières éditions, Brésil 2014 et Russie 2018. À la suite de leurs récentes déceptions, notamment la non qualification pour la prochaine Coupe d’Afrique des Nations, les dirigeants ont confié les rênes à Hugo Broos. Artisan de la CAN 2017 remportée par le Cameroun, le technicien belge est réputé pour sa capacité à bâtir des équipes compétitives. "Il y a eu un renouvellement générationnel, avec de nombreux changements dans l’équipe, ce qui explique la non qualification pour la Coupe d’Afrique et la dernière place du groupe des éliminatoires de Russie 2018. Une génération est partie et une autre fait ses premiers pas", explique Broos au micro de FIFA.com en évoquant la période difficile du football sud-africain. "Nous avons choisi des joueurs jeunes qui débutent leur carrière. Ils ne vont pas regarder le passé mais l’avenir. Un jeune a envie de montrer ses capacités et il a soif de titres. J’ai connu quelque chose de similaire avec le Cameroun. J’ai construit un nouvel effectif auquel personne n’accordait de crédit, mais nous avons gagné la Coupe d’Afrique. C’est pour ça que je veux inculquer de l’ambition à cette équipe", ajoute-t-il, pointant les pistes d’amélioration pour les Bafana Bafana.

Le derby de Harare Pour son entrée en lice dans la compétition préliminaire de Qatar 2022, son équipe sera opposée au Zimbabwe à Harare. "Un derby est toujours difficile à négocier, mais pour les deux équipes. Nous allons jouer à l’extérieur, mais il n’y aura pas de supporters dans les tribunes. C’est très différent de jouer à Harare avec et sans public. Cela ne veut pas dire que nous allons sous-estimer notre adversaire. J’ai vu les matches du Zimbabwe dans les qualifications de la Coupe d’Afrique des Nations, contre l’Algérie par exemple. C’est une bonne équipe et on s’attend à un match difficile mais on va se concentrer sur nos qualités", annonce le sélectionneur belge. Bien entendu, Broos s’engage dans cette campagne avec l’ambition d’envoyer son équipe à la Coupe du Monde. "Si on n’avait pas l’ambition d’aller à la Coupe du Monde, on n’aurait rien à faire dans le sport", lâche-t-il. "Notre objectif, c’est la qualification, même si nous sommes tombés dans un groupe pas évident, avec des adversaires qui sont en pleine forme alors que de notre côté, nous sommes en train de construire une nouvelle équipe. Mais nous allons nous battre et tout mettre en œuvre pour obtenir cette qualification."

Zdravko Logarusic coach of Zimbabwe

Logarusić entre réalisme et ambition Le Zimbabwe n’a jamais été aussi près de se qualifier pour la Coupe du Monde que lors de la compétition préliminaire d’États-Unis 1994. Il avait alors perdu son dernier match, face au Cameroun. Il s’engage dans ces qualifications pour Qatar 2022 avec la détermination de décrocher une qualification historique. "C’était il y a longtemps mais les gens ne n’oublieront jamais. Cela dit, cela n’affectera pas le présent. Aujourd’hui, nous allons respecter tous les adversaires mais nous allons tout faire pour atteindre la phase finale", annonce Zdravko Logarusić à FIFA.com. Le technicien croate estime que le groupe dans lequel son équipe a été versée est équilibré, même s'il voit le Ghana et l’Afrique du Sud favoris au regard de l'histoire. "Si l’on regarde le passé, notre adversaire est favori mais la réalité du terrain est totalement différente. On va jouer la victoire", annonce le sélectionneur en amont du premier rendez-vous du Zimbabwe, à domicile contre l’Afrique du Sud.

Entre difficulté de préparation et rêve de qualification Comme toutes les sélections, le Zimbabwe a subi les répercussions de la pandémie de COVID-19, qui a perturbé sa préparation et le suivi des joueurs évoluant à l’étranger. "Nous avons joué la phase préliminaire de la Coupe d’Afrique et nous avons affronté l’Algérie à deux reprises. Pour nous, cela a fait office de préparation pour les qualifications de la Coupe du Monde", assure l’ancien sélectionneur du Soudan, qui croit en ses troupes. "Il y a une bonne génération, même si nous n’avons pas été épargnés par les blessures. Khama Billiat a été éloigné des terrains jusqu’à la fin de la saison. Le capitaine, Knowledge Musona, a été arrêté plusieurs semaines. Du coup, notre tandem offensif manque de compétition. Mais nous disposons de bons joueurs dans cette génération, comme Tino Kadewere, qui réalise de belles performances à Lyon, et Marvelous Nakamba, qui a prouvé sa valeur à Aston Villa. Nous comptons sur eux pour élever le niveau du Zimbabwe dans les grandes compétitions", se projette-t-il. Au premier rang desquelles la Coupe du Monde 2022, à laquelle il rêve de participer. "Je vais mettre mon expérience et mes connaissances à la disposition de ce pays pour réaliser quelque chose de merveilleux. Pourquoi n’irions-nous pas à la Coupe du Monde ?", lance-t-il comme un défi. "Quand on n’a pas de rêve, on est condamné à l’échec. Nous devons rêver ensemble et travailler main dans la main afin de réussir cet exploit", conclut-il.