Brahimi répond présent

  • Yacine Brahimi a marqué en Coupe du Monde et en Coupe arabe

  • L’attaquant revient sur sa frappe victorieuse et sur le match contre le Liban

  • L’homme du match se tourne vers le duel à venir contre l’Égypte

L’Algérie mène 3-0 face la République de Corée au premier tour de la Coupe du Monde de la FIFA, Brésil 2014™, grâce à trois réalisations signées Islam Slimani, Abdelmoumen Djabou et Rafik Halliche. Alors que la partie semble jouée, les Guerriers Taeguk réduisent l’écart et reprennent espoir.

Yacine Brahimi et Sofiane Feghouli prennent alors les choses en main : les deux hommes échangent quelques passes courtes, qui permettent au premier de se retrouver en position de tir. L’attaquant saisit sa chance et place le ballon hors de portée du gardien sud-coréen. Il n’en fallait pas davantage pour lui permettre d’inscrire son premier but dans la plus prestigieuse des compétitions.

Sept ans plus tard, Brahimi s’illustre dans une autre compétition FIFA. Cette fois, c’est depuis le point de penalty qu’il fait mouche, suite à une faute d’un défenseur libanais sur Youcef Belaili. Grâce à son tir en plein centre du but, son équipe prend l’avantage dans un match très disputé. À l’issue de la partie, le héros du jour ne boude pas son plaisir.

"Je suis heureux d’avoir marqué en Coupe du Monde et en Coupe arabe", confirme l’intéressé à FIFA.com. "Mais ce n’est que le début ! Je ne compte pas en rester là !"

Un adversaire de taille

Si l’Algérie a survolé les débats contre le Soudan, il n’en a pas été de même face au Liban, qui lui a opposé une résistance farouche. Il a même fallu attendre la 69ème minute pour voir les Fennecs prendre enfin l’avantage.

Interrogé sur la physionomie du match, Brahimi livre un verdict lucide : "Nous savions que ce serait une partie très difficile car les Libanais défendent bien. Malheureusement, nous n’avons pas réussi à marquer aussi vite que nous le souhaitions. Je pense pourtant que ça nous aurait facilité les choses. Mais le plus important, c’est d’avoir gagné. C’est même l’essentiel."

"Les Libanais nous ont donné du fil à retordre, même si nous nous attendions à ce qu'ils défendent bas pour essayer de nous contrer."

Il convient de souligner que les Algériens ont eu le mérite de ne jamais baisser les bras. Tout au long de la partie, ils ont varié les approches : en exploitant la largeur du terrain ou en cherchant la profondeur. Belaili, Bounedjah et Hillal Soudani ont toutefois manqué de réalisme dans le dernier geste. Finalement, le destin de la rencontre a basculé sur un penalty obtenu par Youssef Blaili. Le reste, comme on dit, appartient à l’histoire.

L’ancien attaquant de Grenade est revenu sur le manque de réussite de ses coéquipiers : "Nous avons continué à chercher la faille car nous sommes passés tout près de débloquer la situation à plusieurs reprises. Nous nous sommes appliqués dans la construction, sans nous désunir. Au bout du compte, nous avons été récompensés. C’est tout ce qui compte."

AL WAKRAH, QATAR - DECEMBER 04: Yacine Brahimi of Algeria is awarded Man of the Match following the FIFA Arab Cup Qatar 2021 Group D match between Lebanon and Algeria at Al Janoub Stadium on December 04, 2021 in Al Wakrah, Qatar. (Photo by Oliver Hardt - FIFA/FIFA via Getty Images)

Une finale avant la lettre

Vainqueurs du Liban et du Soudan respectivement, l’Algérie et l’Égypte sont qualifiées pour les quarts de finale. La première place se jouera donc à l’occasion d'un duel au sommet entre les deux poids lourds du groupe, qui voudront sans doute éviter le Maroc au tour suivant.

Pour sa part, Brahimi aborde cette échéance avec sang-froid : "C’est un match comme les autres, contre une très bonne équipe. Il faut se concentrer sur la récupération avant tout. Nous avons disputé deux matches très rapprochés. Physiquement, ce n’est pas évident. Nous affrontons l’Égypte dans trois jours. Une fois que nous serons remis, il sera temps de préparer ce duel".

"Nous jouons toujours pour gagner. Nous sommes venus au Qatar pour soulever le trophée. Pour ça, il faut continuer à travailler dur et rester concentré sur la compétition", conclut l’international de 31 ans