Ahmedov et les Loups Blancs veulent sortir du bois

  • Odil Ahmedov est capitaine de l'Ouzbékistan

  • Les Loups Blancs sont en quête d'une qualification historique en Coupe du Monde

  • Ahmedov : "Nous avions bon espoir d'aller en Russie"

L'histoire des qualifications mondialistes de l'Ouzbékistan est jalonnée d'échecs cruels aux portes de l'épreuve mondiale. Depuis leur affiliation à la FIFA en 1994, les Centrasiatiques ont atteint le tour final des préliminaires lors des six dernières Coupes du Monde de la FIFA™. Une baisse de régime leur a systématiquement coûté le précieux sésame, à l'image de leur match nul face à la République de Corée lors de leur ultime match de qualification pour Russie 2018, alors qu'une victoire était nécessaire pour atteindre leur rêve.

Mais la leçon ne semble pas avoir été retenue. Dans leur campagne pour Qatar 2022, les Ouzbeks ont débuté du mauvais pied, en essuyant une défaite inattendue 0-2 en Palestine dès leur entrée en lice. "Nous devons tout faire pour maintenir un haut niveau de performance tout au long de notre parcours, et éviter de reproduire les erreurs du passé", explique Odil Ahmedov, capitaine de la sélection ouzbèke. "Nous en sommes capables. Nous avions bon espoir d'aller en Russie. Mais nous avons flanché dans la dernière ligne droite et nous avons encore échoué. C'est le football."

xw0z6irmzwxupdwzoleq.jpg

Un groupe compliqué

L'entraîneur Héctor Cúper a payé au prix fort la défaite encaissée en première journée et Vadim Abramov a fait son retour à la tête de la sélection. L'Ouzbékistan n'a plus droit à l'erreur dans les prochaines confrontations, qui le mettront aux prises avec le Yémen à domicile, puis avec Singapour à l'extérieur. Des victoires ramèneraient les Loups Blancs sur les rails avant un match clé contre l'Arabie Saoudite prévu en novembre sur leurs terres.

Ahmedov a l'expérience pour lui, ayant 12 ans de carrière internationale dans les jambes. Il a inscrit neuf buts en trois campagnes qualificatives, dont celui de la victoire face au Qatar sur la route de Russie 2018. L'édition 2022 est sans doute sa dernière chance de réaliser son rêve de Coupe du Monde. "Nous avons un groupe prometteur qui comprend de nombreux jeunes talents appelés, je l'espère, à devenir de grands joueurs et à contribuer au succès de l'équipe nationale. Il est difficile de prédire l'avenir, mais nous pouvons toujours nous préparer à faire face à l'imprévu", lance-t-il avant de conclure : "Nous devons aller au Qatar !"