AEM Lleida, quand les filles battent les garçons...

  • L’équipe U-14 féminine de l’AEM Lleida a remporté le championnat régional de sa catégorie face à des équipes de garçons

  • "Dans le football, c’est le ballon qui compte", affirme l’entraîneur Dani Rodrigo

  • Le club ambitionne d’envoyer une équipe féminine en première division régionale

"Ça fait longtemps que la petite me le demande…" José María Salmerón, coordinateur en chef de l’AEM Lleida, a l’habitude d’entendre ce genre de phrases, presque chaque fois qu’un père vient inscrire sa fille. "Dès qu’un gamin frappe dans un caillou, on l’inscrit au football. Mais si une petite fille se met à faire des jongles, le père se dit que ça lui passera, sous prétexte que les filles et le foot ne font pas bon ménage", explique-t-il à FIFA.com.

Pourtant, les choses changent petit à petit. Encore plus depuis deux mois, lorsque les médias du monde entier ont commencé à s’intéresser au phénomène AEM Lleida, ce club amateur catalan dont l’équipe féminine des moins de 14 ans a remporté la ligue de football régionale…face à des équipes exclusivement composées de garçons.

Le saviez-vous ? • En Espagne, où les équipes de filles et de garçons peuvent s’affronter jusqu’à 14 ans, cet exploit n’avait été réalisé qu’une seule fois, par les filles du Rayo Vallecano en 2016. • L’AEM Lleida a remporté son championnat à 4 journées du terme après avoir concédé une défaite et deux nuls seulement en 22 matches, avec 93 buts pour et 25 contre. • Cette équipe a été créée il y a trois ans pour permettre aux filles du club de pratiquer le football à 11, car il n’existe pas de ligue féminine dans cette catégorie d’âge en Catalogne. • Le succès a été tel que l’AEM Lleida, qui comptait jusqu’ici 6 équipes féminines, en aura 8 l’an prochain. Près d’un quart des licenciés du club seront des filles.

"Nous sommes très contentes car ce que nous avons réalisé n’est pas banal", clame Alba Caño du haut de ses 14 ans. C’est elle qui a inscrit le but de la victoire et beaucoup voient déjà en elle une future grande joueuse. La milieu de terrain a ainsi attiré l’attention du FC Barcelone, avec qui elle a effectué quelques entraînements. "Ce serait mon rêve de jouer là-bas", lance-t-elle avec un sourire jusqu’aux oreilles.

Dani Rodrigo, l’entraîneur, reconnaît qu’après leur début de saison canon, il s’est surpris à envisager le titre comme une possibilité. "Après six victoires en six journées, on s’est dit qu’on pouvait peut-être y arriver." Dès le début, le technicien savait que pour gagner, les filles devaient jouer avec leurs propres armes.

"Je leur ai dit que, physiquement, on n’allait pas pouvoir rivaliser avec les garçons sur la puissance et la vitesse et qu’il fallait nous appuyer sur la possession de balle. Que plus on arriverait à conserver le ballon, moins ils seraient dangereux." En ajoutant à cela une bonne organisation défensive, un réalisme à toute épreuve et une technique efficace et sans fioritures, les filles ont rempli leur mission.

*Les images appartiennent à l'AEM Lleida

"Ça fait plaisir de les regarder jouer", se félicite David Caño, le père d’Alba. Avec son épouse et sa fille aînée, il a l’habitude d’aller encourager la star de la famille lors des matches. "On a l’impression que les garçons jouent le plus normalement du monde contre les filles, comme s’ils avaient d’autres garçons en face d’eux. Il y a beaucoup de respect de la part des autres équipes."

Malheureusement, on ne peut pas toujours en dire autant dans les tribunes, où l’on a pu entendre certains commentaires désobligeants, surtout de la part de mamans. "Ça oui, ça nous a surpris", explique Dani Rodrigo. Mais l’entraîneur préfère relativiser. "L’essentiel, c’est que les filles se soient dépassées et qu’elles aient montré qu'en football, c’est le ballon qui compte."

"On adore le football et ce n’est pas une raison pour nous parler comme ça", regrette Alba, qui admet cependant que ces commentaires ont affecté l’équipe. "La mère d’un des joueurs nous a dit quelque chose quand on a égalisé à 1:1. Alors, on a tout fait pour marquer un autre but…et c’est ce qui s’est passé", exulte-t-elle.

L’une de ces railleries a justement inspiré le slogan las barbies también juegan (les barbies savent aussi jouer au foot) utilisé par l’AEM Lleida pour lancer une campagne de financement participatif visant à poursuivre le développement de sa section féminine. "C’est peut-être une utopie, mais notre ambition est d’envoyer notre équipe première féminine en première division régionale", annonce José María Salmerón. En attendant, le coordinateur du club a tous les jours l’occasion de vérifier que l’exploit des filles n’est pas passé inaperçu. "L’une de nos plus grandes satisfactions est de croiser plein de gamines qui veulent s’inscrire."