Ronaldo estime que le calendrier international des matches s'inscrit dans "l’évolution naturelle" du football

9 sept. 2021

Le champion du monde Ronaldo estime que les débats sur le calendrier international des matches s’inscrivent dans "l’évolution naturelle" du football. C’est ainsi que, selon lui, "le football changera avec les générations" et maintiendra sa popularité sur le long terme. L’ancien international brésilien (98 sélections) s’est exprimé lors d'une conférence de presse organisée au terme d’une réunion de deux jours du groupe consultatif technique de la FIFA sur l’avenir du football, à Doha (Qatar). Des joueurs de renom ont été invités à livrer leur point de vue sur les propositions formulées par Arsène Wenger, le directeur du Développement du football mondial de la FIFA.

"Ces changements me semblent très positifs. Je n’ai aucune réserve à formuler et il ne fait aucun doute à mes yeux que la Coupe du Monde restera la compétition la plus prestigieuse de la planète", a déclaré le double lauréat de l’épreuve. "Le calendrier actuel, du moins pour ce qui concerne la Coupe du Monde, a été conçu il y a près de cent ans. Le monde a beaucoup changé depuis. Je crois que le moment est venu d’évoluer avec les nouvelles générations. Aujourd’hui, l’information circule très vite. C’est important pour nous, j’en suis convaincu."

"Par exemple, personne n’a pu passer à côté de la Coupe du Monde en Russie", a rappelé Ronaldo. "C’était fabuleux : nous avons vu des matches incroyables. Quel spectacle ! En dehors du terrain, tout s’est déroulé à la perfection. Mais quatre ans, c’est long. La Coupe du Monde nous manque. Je pense que c’est une idée qui peut séduire de nombreux pays car elle augmente les chances d’accéder à la phase finale. Quand j’étais petit, je rêvais de participer à la Coupe du Monde. Tous mes amis, toutes les personnes que j’ai croisées dans ma vie voulaient jouer un jour en Coupe du Monde. Avec ce changement, de plus en plus de gens pourront réaliser leur rêve."

"Je crois que nous sommes sur la bonne voie : le message est très positif. Au début, certaines personnes auront peut-être du mal à comprendre, mais tout ça me semble assez simple. C’est une position objective et transparente. Ces changements ont été proposés pour que les joueurs voyagent moins et que les supporters puissent voir plus de matches, de meilleure qualité."

Tim Cahill, qui a disputé quatre Coupes du Monde avec l’Australie, a souligné l’importance d’une procédure transparente et la nécessité d’un investissement mondial pour consolider et améliorer le football.

"Au terme de cette présentation et compte tenu de la transparence affichée par Arsène Wenger, je crois que, lorsque 166 pays s’interrogent sur la faisabilité de cette mesure, il est de notre devoir de faire le maximum pour contextualiser les choses. C’est ce que nous avons fait aujourd’hui. Je suis vraiment très ouvert sur les questions de formation des joueurs et de redistribution d’argent aux 133 pays qui ne se sont jamais qualifiés pour une Coupe du Monde. Nous avons l’occasion d’améliorer leur compétitivité en injectant de l’argent, sans oublier les 150 fédérations qui ont besoin d’aide pour continuer à exister."

Peter Schmeichel, qui a disputé les quarts de finale de France 1998, s’est déclaré en faveur des périodes de repos obligatoires pour les joueurs, l’une des mesures-clés proposées par Arsène Wenger.

"Ce calendrier est obsolète par bien des aspects, j’en conviens", a reconnu l’ancien gardien de but du Danemark (129 sélections). "Je me souviens être rentré de Coupe du Monde et d’avoir été directement titularisé pour disputer deux des matches les plus importants de la saison, à savoir les qualifications pour la Ligue des champions, et tout ça sans la moindre pause. Je crois que l’une des propositions les plus importantes concerne la pause obligatoire de 25 jours qui, je l’espère, sera inscrite dans les règles. Je pense que c’est un problème essentiel. À ce rythme tous les footballeurs de haut niveau vont nécessairement vivre un burn out un jour ou l’autre."