Des Championnes se révèlent en Guinée

  • Une délégation de la FIFA s’est récemment rendue en Guinée dans le cadre du projet "Championnes"

  • L’objectif : permettre à des jeunes filles de suivre, grâce au football, une éducation de qualité dans un environnement sécurisé

  • Outre la Guinée, ce projet a été mis en œuvre au Bénin et au Togo

"Le Wydad Champion d’Afrique" : voici ce qui fait les gros titres de la presse spécialisée depuis 24 heures. Les Marocains du WAC ont en effet remporté la Ligue des champions de la CAF (0-2), ce 30 mai, aux dépens des Égyptiens d’Al Ahly, tenants du titre et équipe la plus titrée d’Afrique. La performance est évidemment de taille. Mais que dire du morceau de bravoure des Championnes de Guinée ?

Ces Championnes sont les participantes du programme du même nom, mis en place par la FIFA, l’Agence Française de Développement (AFD) et l’ONG Plan International France. Ce projet lutte contre les attitudes et les pratiques discriminatoires à l’encontre des femmes et des filles et il les accompagne dans leur émancipation. Dans un pays tel que la Guinée, où 54% des filles sont mariées avant 17 ans et 29% ne sont pas scolarisées, l’enjeu est aussi important que celui d’une finale de Ligue des champions.

"Le constat est le suivant : les filles sont laissées pour compte dans certains processus. Dans quelques communautés, elles sont même déconsidérées. Elles ne décident pas pour elles, on décide à leur place", explique Alassane Camara, manager du Programme Championnes. "Ce projet est un créneau pour que ces filles se transforment et participent au processus de leur développement personnel à travers le renforcement des capacités, la confiance en soi par exemple."

Concrètement, le but est de contribuer, grâce à la pratique du football, à la promotion du leadership des jeunes filles et à l’égalité des sexes dans un environnement protecteur : l’école. Du 23 au 30 mai, une délégation de la FIFA s’est rendue sur place pour en mesurer les effets. "On a pu constater au niveau des différents acteurs, que ce soient les autorités locales, les familles, ou les joueuses, qu’il y a un véritable engouement par rapport à ce projet", explique Céline Zigaul, manager du programme de développement de la FIFA pour l’Afrique. "Nous aimerions par la suite optimiser le projet, même si l’impact sur le terrain est déjà excellent."

L’enthousiasme des jeunes filles est réel. "Le projet m’a apporté de la joie, celle d’être une membre d’une équipe de football et de pouvoir m’exprimer en public. Cela m’a donné l’idée de ce qu’est l’autonomie", confie ainsi, Sila, l’une des participantes. Sa coéquipière, Kadiatou, est du même avis : "J’ai eu l’opportunité de m’inscrire à ce programme grâce à mon collège. J’ai pensé que ça serait bien pour moi, et ça l’est !"

Si le premier objectif de Championnes vise à ce que la pratique du football permette aux jeunes filles de s’émanciper, le but est également que l’égalité des sexes s’affirme. Ainsi, les séances d’entraînements sont mixtes. "C’est important de de prôner l’égalité entre la femme et l’homme", souligne Noam, jeune footballeur. "Avant, les hommes s’accaparaient le football. Ce projet montre aux femmes qu’elles peuvent également le pratiquer."

Et bien le pratiquer ! Comme le rappelait récemment, au micro de FIFA.com Yeo Moriba, maman des frères Pogba et ambassadrice du football féminin guinéen, "la Guinée ne manque pas de talent, ni d’ambition. Il faut juste créer les conditions pour réussir". C’est ce qu’a donc entrepris le Programme Championnes.